Réforme du doctorat pour nous, c’est non

Le collectif Marianne demande le retrait de ce texte car il en va de l’avenir des professeurs et de leurs étudiants et, plus largement, de la recherche et de l’Université française.

« Parcours d’excellence » à Rennes-1 : une bonne idée à généraliser

Mercredi 24 juin, le journal Le Monde rapportait dans ses colonnes la création d’un « parcours d’excellence » pour les étudiants en droit à la rentrée prochaine à l’université Rennes-1. Sélectif, ce parcours est censé permettre aux meilleurs étudiants de bénéficier de cours supplémentaires et ainsi d’être à l’avenir plus attractifs sur le marché du travail. L’ARES, la déclinaison locale du syndicat étudiant Fage, a vivement critiqué cette initiative de l’université, arguant que ce serait un premier pas vers la sélection à l’université.

Nomination de T. Mandon : entre indifférence et mépris pour l’Enseignement supérieur et la Recherche

Ce mardi 17 juin, le Président de la République a nommé, sur proposition du Premier ministre, Thierry Mandon au poste de secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche auprès de la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieure et de la Recherche. Cette nomination n’est pas de nature à rassurer le Collectif Marianne sur l’attention que porte François Hollande et son gouvernement aux étudiants, aux enseignants-chercheurs et à tous les personnels de l’ESR.

« Erasmus pour tous » : la folle proposition de M. Macron

Ce lundi 15 juin, le ministre de l’Économie et des Finances, Emmanuel Macron, intervenait à l’université Paris Dauphine au sujet des questions européennes. Au cours du débat, M. Macron a proposé de rendre obligatoire, pour tous les étudiants, six mois d’études à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus

Enseignement supérieur : immobilisme à tous les étages au gouvernement !

Lors de son interview du 18 mai sur France Culture, Manuel Valls a évoqué les futurs « ajustements » devant être réalisés au sein de l’équipe gouvernementale. Bien qu’il ait confirmé la nomination prochaine d’un Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Premier ministre s’est empressé d’ajouter que cette nomination n’interviendrait qu’au mois de juin. Voilà donc trois mois que l’Enseignement supérieur, dégradé au rang de Secrétariat d’État, essuie les coup(e)s de Bercy sans personne pour le défendre. Trois mois que Najat Vallaud-Belkacem assure un intérim de façade, plus préoccupée à sauver une réforme des collèges qui prend l’eau et tout aussi désastreuse que la situation financière des universités françaises.

Dérives communautaristes à l’Université : vite, la laïcité !

Dans un récent tweet, Samuel MAYOL interpelait Najat VALLAUD-BELKACEM pour son absence de réaction dans le dossier bien épais de l’IUT de St-Denis (Université Paris 13). Toujours menacé de mort, le directeur de l’IUT avait dévoilé un an plus tôt un établissement à la dérive, étranglé par la mauvaise gestion et le communautarisme.

Le plan comm’ de Vallaud-Belkacem pour gérer la pénurie de ministre

Depuis mars et la démission de Geneviève Fioraso, Najat Vallaud-Belkacem prend l’intérim du ministère et communique, pour rassurer près de deux millions de personnes, étudiants et personnel éducatif, qui demeurent sans ministre ni secrétaire d’Etat de tutelle et s’inquiètent de cette situation. À juste titre, puisque les budgets 2015 alloués au ministère de l’Enseignement Supérieur et Recherche ne sont toujours pas connus, malgré une baisse des dotations de l’Etat de 110 millions d’euros déjà décidée pour cette année et « 1,6 milliard d’euros d’économies d’ici 2017 » (annonce de G. Fioraso le 04/06/2014), sur un budget total de 25,9 milliards d’euros.

Communiqué sur le départ imminent de Geneviève Fioraso du gouvernement

L’annonce, ce matin, de la démission de la secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche Mme Fioraso, était attendue depuis longtemps.

Mme Fioraso, pendant presque 3 années ministre puis secrétaire d’Etat, ne laissera pas une grande trace dans le monde universitaire.

Budget des universités : stop à la casse !

Le ministère de l’enseignement supérieur, sous les conseils de Bercy, suggère d’effectuer des prélèvements sur les fonds de roulement des universités et des écoles d’ingénieur à hauteur de 100 millions d’euros pour faire face aux difficultés financières de ces établissements.