Laïcité, tes défenseurs te saluent.

Alors que resurgissent de nouvelles controverses relatives à l’islamisme et à l’islamophobie qui serait censée en être la principale cause, un nouveau débat a fait surface à l’université de Limoges.

Cette dernière prit la décision d’organiser vendredi 24 novembre un colloque ayant comme invitée d’honneur, la militante d’ultra-gauche Houria Bouteldja, porte-parole du  Parti des Indigènes de la République. Celle qui déclarait, il y a 10 ans, souhaiter que les sous-chiens (comprendre les blancs) soient «éduqués» était en effet conviée à un «séminaire d’études décoloniales» afin d’y semer la parole prétendument antiraciste du PIR.

Même si l’université de Limoges annula le dit séminaire, l’ambiance délétère qu’il a occasionné persiste.

Et si seulement il n’y avait que cette affaire…

Depuis déjà de nombreuses années, des prières ont régulièrement lieu dans des salles de classe, ou toilettes comme cela a été dénoncé à Paris-XIII ou encore à Lille-I. Des articles de journaux, des vidéos et d’innombrables témoignages relatent ces entraves à la laïcité, devenues habituelles, sans que les pouvoirs publics ne se soient jamais emparés de la question.

Silence qui raisonne comme l’achat d’une certaine paix sociale, me direz-vous.

Il est urgent de réanimer l’idéal Républicain et son fondement essentiel qu’est la laïcité, de lutter contre les dérives communautaires et religieuses que connaît notre pays et tout particulièrement le monde de l’université, où rien n’est fait en la matière, avant de s’en prendre aux croix des monuments catholiques qui n’ont pour seul tort, que de représenter la chrétienté et ses siècles d’Histoire qui ont tant apporté à notre France.

Anthony BELLORINI,

Secrétaire Régional ACAL

Gwendal CURTI

Secrétaire Départemental Marianne-54